Prêt frontalier en suisse: est-ce la meilleure solution pour les étrangers ?

L’union européenne est un tout petit monde, où il est facile d’emprunter, pour investir en France. Les prêts en devises permettent aux frontaliers de demander un prêt en Suisse. Emprunter à l’étranger permet de faire des économies sur les taux, les frais de dossiers, et éventuellement de diminuer ses mensualités. Un prêt frontalier en Suisse expose des avantages par rapport aux emprunts qu’il est possible d’en bénéficier en France, mais également certains inconvénients.

Le prêt frontalier est la solution la plus pertinente pour les étrangers. Il leur permet d’améliorer leur niveau de vie en investissant ou en payant des dépenses supplémentaires.

Les crédits en Suisse pour investir en France

Emprunter de l’argent en Suisse peut être poussé par deux situations spécifiques :

1. Un français qui souhaite emprunter à l’étranger afin de se bénéficier de meilleures conditions

2. Un Suisse qui souhaite emprunter en Suisse pour investir en France

Quel que soit la banque choisi, il faut veiller à :

  • Obtenir la bonne valeur d’expertise du bien à acquérir
  • Etre accompagné dans les prospects d’installations
  • Bénéficier d’une aide dans la recherche du bien le plus proche de ses attentes
  • Avoir une simplification de toutes les démarches, du prêt à l’acquisition du bien
  • Pencher vers le meilleur financement en termes de taux

Le prêt en devise en Suisse

Le prêt en Suisse pour un français sera un prêt en devise en CHF. Mais quel est le meilleur taux pour un crédit en devise en Suisse ?

Avant de s’intéresser au taux, penchons-nous sur le fondement du prêt en devise. C’est un prêt qui concerne que les frontaliers, et plus généralement tous ceux qui exercent dans une zone définie, mais aussi les Suisses qui veulent investir par le biais de l’immobilier français. Avec un prêt en devise, il est occasion de mettre les banques en concurrence pour choisir la meilleure offre de crédit.

Bien que le prêt frontalier est la meilleure solution pour les étrangers, mais il présente tout de même des risques à éviter :

Acheter en francs suisses un bien dont le prix est en euros, et le rembourser dans la devise d’achat oblige de bien négocier son contrat de prêt, et de veiller à ce que le taux de change. Il vaut mieux souscrire à un taux un peu élevé, mais se garantir contre les flottements du marché, et de ne pas forcément céder aux sirènes de la bonne affaire.

Plus généralement, il faut bien éviter les prêts qui comportent des risques. Gagner toujours plus à ses limites, et il faut accepter de payer le juste prix lors de la souscription d’un prêt.

En effet, pour ceux qui ne se sont pas garantis contre les variations du taux de change, une remontée brusque du franc suisse risquerait de faire basculer une très bonne affaire en un cauchemar pour des épargnants non avertis. Une fois la mauvaise affaire est faite, c’est difficile de renégocier le montant de son taux avec sa banque.

Par ailleurs, nous vous invitons à lire notre article sur les crédits voiture en Suisse.

(12)